Devenir… Céramiste

L’activité du céramiste, souvent appelé potier, est variée. Plusieurs profils peuvent mener vers ce métier.

Si parfois le céramiste peut être employé dans des fabriques, de vaisselle par exemple, il peut également exercer en tant qu’artisan indépendant, travaillant dans son atelier, et commercialiser lui-même sa production. Il peut être amené à confectionner des poteries, des porcelaines, du grès, de la faïence, etc. Il doit d’abord choisir la terre adéquate, puis mouler la matière pour donner la forme voulue, puis la cuisson au four.

Les conditions de travail, surtout lorsqu’il s’agit d’objets décoratifs, sont essentiellement sur le mode traditionnel.

Le principal biais pour devenir céramiste est l’apprentissage. On peut même considérer qu’il dure tout le long de la carrière de l’artisan. Il doit en effet se tenir au courant des techniques au contact d’autres céramistes par exemple.

Les qualités nécessaires pour devenir céramiste tiennent autant des mains que de l’intellect. Il faut bien entendu être doté d’une grande habileté manuelle et d’une consciencieuse minutie ainsi posséder une certaine fibre artistique et créative.

Le mieux est peut-être de laisser s’exprimer un professionnel. Sur la fiche métier Onisep du métier de Céramiste, Hervé raconte la voie qu’il a choisie. “J’ai débuté comme apprenti chez un artisan qui travaillait dans la meilleure tradition de la faïence de Sèvres. Après quelques années passées dans différents ateliers, j’ai eu envie de m’installer à mon compte. J’ai trouvé une maison avec un four à bois dans un village où existait une tradition de poterie. Là, j’ai appris le tournage et la cuisson au bois. En faisant des pots à la manière de La Borne, j’ai découvert la liberté que donne la reproduction des formes. Cela m’a permis d’aller vers une création personnelle qui évolue sans cesse.”

Bien souvent le céramiste vend sa propre production dans son atelier où il peut installer une boutique, mais surtout il doit parcourir diverses foires, expositions, marché d’art pour vendre des œuvres mais aussi se faire connaître et assoir une réputation. L’installation d’un céramiste peut demander des investissements importants au démarrage, pour avoir son propre atelier notamment.

Quelles formations ?

Plusieurs formations sont possibles pour exercer ce métier. Elles vont de du niveau CAP à bac+2.

Niveau V
-CAP tournage et céramique.

Niveau IV
-BMA céramique.
-BT dessinateur en arts appliqués spécialité céramique.

Niveau III
-BTS art céramique.
-DMA arts textiles et céramiques, option céramique artisanale.

Il est à noter que beaucoup de céramistes se tournent vers ce métier après d’autres expériences professionnelles dans des champs totalement différents. On peut se parfois se diriger tardivement vers cet art, dans le cadre par exemple d’une reconversion.

Le marché de l’emploi se porte assez bien. La plupart s’exercent dans l’industrie où malgré l’automatisation de nombre de tâches, on a encore besoin d’artisans d’art pour effectuer des manipulations précises et à la main.

Post author

Laisser une réponse